Vous êtes ici : Accueil Coopération / Actus Actualités COLLOQUE INTERNATIONAL ISMA 2019

COLLOQUE INTERNATIONAL ISMA 2019

APPEL A COMMUNICATION

APPEL A COMMUNICATION : COLLOQUE INTERNATIONAL ISMA COTONOU
JANVIER 2019
La convergence technologique dans les industries du cinéma et de l’audiovisuel : quelles mutations et perspectives en Afrique ?

Le thème de la convergence est une thématique qui ne concerne pas seulement les questions de définitions d’objet de connaissances ; elle rend compte des po-sitionnements et des stratégies d’acteurs et se situe au cœur d’une réflexion sur les effets attendus des progrès scientifiques et techniques.
La notion de convergence recouvre de nombreux aspects, de nombreuses dis-ciplines avec des approches théoriques variées qui en font un instrument d’analyse entre sciences, techniques et usages sociaux. On peut penser en toute légitimité que la notion de convergence renvoie à la recherche d’un même ré-sultat par des processus différents censés se rejoindre.
La convergence des techniques de communication s’est imposée en Afrique et partout dans le monde « mais elle ne constitue pas un phénomène purement technique. Elle comporte des dimensions économiques, sociales, juridiques et politiques tout aussi importantes et décisives que sa composante technolo-gique » (B. Miège et D. Vinck). Ainsi est apparue une nouvelle dimension de la médiatisation de la communication : cours en ligne, relations inter-acteurs, mo-dification des formes et actes de communication interpersonnelle à partir de plateformes interactives… De ce fait, il y a un élargissement du domaine média-tique qui voit émerger des stratégies de communication institutionnelle, de l’information professionnelle spécialisée, de la production de documentaires, des catégories de blogs avec des offres de contenus variés.
Au regard de ces mutations importantes des dispositifs sociotechniques, quelles peuvent être les conséquences sur le cinéma, la télévision et la radio dans le contexte de l’Afrique encore en voie de développement technologique ?
Le colloque de Cotonou, organisé par l’Institut Supérieur des Métiers de l’Audiovisuel(ISMA) et ses partenaires du 15 au 19 janvier 2019 entend s’interroger sur la problématique de la convergence technologique dans le de-venir du cinéma et l’audiovisuel dans les sociétés africaines. Trois axes de ré-flexion sont proposés :
1- Convergence technologique et libéralisation des industries de la cul-ture et de la communication
La convergence a engendré des libéralisations dans les domaines de la culture et des industries de la communication, audiovisuelles notamment, entrainant la disparition des monopoles publics ou privés. Advient donc la liberté de péné-trer dans undomaine nouveau et d’offrir des services dans une filière ne cor-respondant pas nécessairement à son « métier » d’origine. Avec la Télévision numérique terrestre par exemple, va-t-on assister à des rapprochements entre les télécommunications, l’audiovisuel et l’informatique ? Et quelle sera la marge de manœuvre des pouvoirs publics africains face à la concurrence oligopolis-tique ?
2- Quelles réglementations ou quels modes de régulation des rapports de force entre opérateurs publics et privés ?
Dans ce nouveau monde engendré par la convergence technologique, comment réguler les rapports de force entre les acteurs privés et les pouvoirs publics ? Ce mélange de convergence et de concurrence implique de nouvelles règles du jeu au sein des filières des industries de la culture et de la communication. « Au scénario de la convergence comme « fusion » des différentes filières indus-trielles et de leurs produits se substitue une représentation de la diversité des modes de développement des technologies d’information et de communication et de leurs rencontres avec les industries de la culture » (Ph. Bouquillon). Faut-il fonder les dispositifs réglementaires sur une logique de segmentation des industries et non sur celle de la convergence industrielle ? Faut-il séparer les régimes réglementaires de l’audiovisuel de ceux des télécommunications ? En matière de réseaux, les réglementations distinguent les réseaux de télécommu-nications filaires, les réseaux de télécommunications mobiles, les divers réseaux audiovisuels hertziens, câbles et satellitaires. La convergence entendue comme disparition des frontières entre filières est refusée. Alors quelle action publique et réglementaire dans les Etats africains en termes de perspectives ?
3- Les stratégies des acteurs sociaux ou la convergence entre techniques et sociétés
La définition de la technologie ne peut faire abstraction des implications so-ciales qui l’accompagnent. « La culture des uns et des autres influence la con-ception des produits et les choix technologiques » (D. Vinck). Certains auteurs comme Hughes (1983) rejettent l’idée d’une séparation a priori entre technolo-gie et société. Autrement dit, « la technologie est hybride, composée de savoir-faire, de mode d’emploi et d’êtres humains » concepteurs, installateurs, répara-teurs. Inversement, poursuit Vinck, « la société n’est pas seulement un fait so-cial, elle est composée de multiples dispositifs matériels étroitement mélangés et associés aux acteurs humains ». Comment peut-on analyser en contexte africain les phénomènes de l’appropriation, « trivialisation » ou « recontextualisation » des technologies produites au Nord et transférées au Sud ?

 

SOUMISSION DES PROPOSITIONS

Les propositions (3 000 signes maximum en fichiers word ou pdf) comporteront un titre, une problématique explicite et les références bibliographiques majeures. L’auteur.e pourra joindre un aperçu de ses travaux et une courte biographie. Les propositions seront expertisées en double aveugle par le comité scientifque.

Les actes du colloque feront l’objet d’une publication.

Les propositions doivent être envoyées au plus tard 21 septembre 2018 à l’adresse
colloquecotonou@isma-benin.org


LANGUES DU COLLOQUE

Les communications, d’une durée de 20 minutes au maximum, seront prononcées en français ou en anglais, langues de travail du colloque.


INFORMATIONS PRATIQUES

Frais d’inscription :
• 25 000 francs CFA pour les enseigants chercheurs et invités (38 euros).
• Gratuité pour les doctorants.
L’hébergement, le transport et la restauration sont à la charge des organisateurs du colloque.


CALENDRIER

30 juin 2018 : réception des propositions.
30 août 2018 : notification d’acceptation aux intervenant.e.s.

Pour tout renseignement, contacter :
directeur@isma-benin.org
(229) 95744755 / 96442004


COMITE SCIENTIFIQUE PROVISOIRE

Afrique

Serge Théophile Balima, Professeur des universités, Université Pr J. Ki-Zerbo, Ouagadougou, Burkina Faso : Président du Comité Scientifique du Colloque.
stheos.balima@gmail.com
Ascension Bogniaho, Professeur des universités, Université d’Abomey-Calavi, Bénin
bogniahoascension@yahoo.fr
Noukpo Agossou, Professeur des universités, Université d’Abomey-Calavi, Bénin
directeur@isma-benin.org
Camille Roger Abolou, Professeur des universités, Côte d’Ivoire
abolou_cr@yahoo.fr
Mor Faye, Professeur des universités, Université Gaston Berger de Saint Louis, Sénégal
Mor.faye@wanadoo.fr
Georice Berthin Madebe, CENAREST – IRSH, Gabon
georiceberthin@yahoo.fr
Yahaya Diabi, Professeur des universités, Université Félix Houphouet Boigny, Cocody, Côte d’Ivoire
yadiabi@yahoo.fr
Thomas Houessou-Adin, Professeur des universités, IUSTAS, Bénin
ojubanire@aol.com
Germaine Kouméalo Anaté, Maitresse de conférences, Université de Lomé, Togo
anate.koumea@gmail.com
Jean Euloge Gbaguidi, Maitre de conférences, Université d’Abomey-Calavi, Bénin
lepicfranco@yahoo.fr


Amérique du Nord

Christian Agbobli, Professeur des universités, UQAM, Canada
agbobli.christian@uqam.ca

Europe

Bernard Miège, Professeur émérite, Grenoble, France
bernard.miege@u-grenoble3.fr
Moens Frédéric, Professeur des universités, IHECS Belgique
frederic.moens@galilee.be
Alain Kiyindou, Professeur des universités, Bordeaux, France
akiyindou@msha.fr
Bertrand Cabédoche, Professeur des universités, Grenoble, France
Bertrand.cabedoche@gmail.com


Moyen-Orient

Stéphane Bazan, Professeur des universités, USJ, Beyrouth, Liban
stefan.bazan@gmail.com
Elie Yazbek, Maître de conférences, USJ Beyrouth, Liban
eyazbek@usj.edu.lb

Inscrivez-vous à la newsletter
Navigation

Découvrez le programme Octobre-Novembre-Décembre

« Ils pourront couper toutes les fleurs, ils n’empêcheront pas la venue du printemps ». Ce slogan de mai 1968, dont nous fêtons cette année le cinquantenaire, est le thème de la « Nuit blanche » à l’Institut français, un temps fort des rentrées et ce sera début octobre. Pour cet événement, comme pour l’ensemble de sa programmation, l’Institut français a choisi la participation et le mouvement. « Etes vous des consommateurs ou des participants ? » pouvait-on lire sur les murs de la Sorbonne. Participants, vous le serez complètement aux nombreuses rencontres, conférences et débats d’idées organisées en partenariat avec l’IRD, l’université, les associations. Pour explorer de nouvelles voies ensemble, sur les grands enjeux, les questions sociales, la science et la technologie. Hors de tout dogmatisme, en liberté de pensée car l’IF a fait sien cet autre slogan : « Comment peut-on penser librement à l’ombre d’une chapelle ? ». Participants aussi aux spectacles, avec de la danse et de la musique qui bouge et fait bouger. Ce n’est pas l’autre cinquantenaire de notre programmation qui nous dira le contraire, le Tout-Puissant Polyrythmo qui se produira en décembre, comme un avant-goût de fête, pour nous procurer cet enchantement des oreilles et du corps, celui de son public depuis les débuts, c’était déjà avec le Centre Culturel Français.Le mouvement, c’est aussi l’innovation avec l’entrepreneuriat des jeunes, le numérique pour répondre aux besoins des populations, les nouvelles formes de production et de consommation. Ce sera le thème du « Mois du numérique » en novembre, avec un temps fort, le lancement du Réseau francophone de FabLabs d’Afrique de l’Ouest et le festival Maker « Make Africa », en partenariat avec d’autres Instituts français de la région et la Société générale du Bénin. Avec vous, c’est une certitude, la rentrée à l’IF sera dynamique et bourgeonnante car « L’ennemi du mouvement, c’est le scepticisme. Tout ce qui a été réalisé vient du dynamisme et qui découle de la spontanéité ».

En savoir plus
« Novembre 2018 »
Novembre
DiLuMaMeJeVeSa
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930